Street dance club


Chorégraphie Andrew Skeels


Musique Antoine Hervé


Pour retrouver l’esprit des années folles et l’ambiance d’un club de jazz tel le Cotton Club dans les années 20-30 à New York, suivez Andrew Skeels dans ses danses enthousiastes et audacieuses. Elles sont un hommage à cette musique et la célébration d’un passé complexe et d’un grand besoin de liberté.
Le pianiste, compositeur et arrangeur Antoine Hervé a merveilleusement su restituer l’ambiance des musiques de cette époque, ainsi que la virtuosité, l’inventivité et la nostalgie (sans y céder…) des musiciens. Ce sont de véritables invitations à danser. Car dans ces lieux, la seule question importante est celle de la danse. Chorégraphe et danseur américain reconnu, Andrew Skeels a imaginé une écriture originale, puisant aux sources du hip-hop et nourrie d’autres esthétiques telles que le classique et le contemporain. En plusieurs tableaux, il explore les variations d’un groupe, d’une communauté, incluant puis excluant des individus, à la fois différents et unis.
Avec cette pièce, Andrew Skeels veut combattre le racisme, toujours très présent notamment aux États-Unis. Nul besoin de parler la même langue et d’être de la même couleur de peau pour danser ensemble et se connecter l’un à l’autre. Malgré la gravité du propos, Street Dance Club exprime d’abord la joie de vivre et de danser. Une joie communicative, que les sept danseurs transmettent avec énergie et générosité au public.

« Visiblement heureux de se produire ensemble, ils cisèlent la gestuelle hip-hop contemporaine, pétrie de multiples apprentissages de Skeels ». Le Monde
« Science des ensembles, sens du rythme intact, sophistication des figures et dialogue avec le sol complètement inédit. Un sacré exercice de style ». Le Figaro et vous
« C'est furieusement abouti, libre, plein de santé ». L’Humanité

Danse hip-hop et musique jazz


Jeudi 9 mars // 20h30


DURÉE 1H10
GRANDE SALLE

Avec : Mégan Deprez, Noémie Ettlin, Jérôme Fidelin, Marie Marcon, Christine Rotsen, Steven Valade, Victor Vinot. Lumières : Pascal Mérat. Costumes : On aura tout vu. Commande et production : Théâtre de Suresnes Jean Vilar / Suresnes cités danse 2016. Soutien : cités danse connexions. © Dan Aucante.
  • Stacks Image 928

    Street dance club

    Link