Nuit Gravement au Salut


Mise en scène Ludovic Laroche


D’après Henri-Frédéric Blanc


Nuit Gravement au Salut revisite la fable de l’artiste et du marchand, traitée sur un ton grinçant. Un artiste doit-il renier ses valeurs familiales, religieuses ou morales pour arriver à ses fins ? Doit-il subir la loi du marchand et du marché, dans une société où l’art n’est pratiquement plus qu’un objet de consommation ?
La mise en scène habile et intelligente de Ludovic Laroche est centrée sur le rapport de force entre deux personnages qu’apparemment tout oppose : Léa Belmont, romancière et Victor Pontier, éditeur. Chacun rivalise avec ses propres armes : l’idéalisme, la séduction, la rébellion et l’instinct maternel chez la première ; le pouvoir, la suffisance et le cynisme chez le second. Mais s’ils dînent ensemble, c’est parce que la belle Léa a absolument besoin d’argent, pour faire opérer son fils, gravement malade. Et Victor Pontier est le seul éditeur prêt à la publier, mais seulement à une condition… Le troisième personnage, celui du serveur pince-sans-rire, est loin d’être anecdotique. Il apporte un souffle burlesque aux situations souvent tendues entre les deux protagonistes, et tient le rôle d’arbitre dans ce repas-duel, jusqu’au dénouement final.
Le contraste entre le texte, acerbe et percutant, et le climat de confort et d’intimité de la pièce (musique feutrée, table élégante...), donne encore plus de poids à la cruauté de la situation, et permet de faire ressortir toute la drôlerie et la finesse de cette « fable moderne ». Avec cette brillante satire drôle et cynique sur l'abus de pouvoir, Henri-Frédéric Blanc poursuit sa dénonciation des travers de notre société moderne, dans la pure tradition d’un Molière ou d’un Beaumarchais.
Plongez avec délice dans ce cocktail épicé porté par un trio de comédiens épatants. Vous en rirez de bon cœur !

« Un bonheur pour le spectateur. Difficile de faire plus fin et plus croustillant. » Figaroscope
« Jubilatoire ! […] Une pincée de cynisme, une cuillère d’humour noir, un langage de signes et un duel de rhétorique vous attendent. » France Inter
« Un plat de résistance féminine à ne manquer sous aucun prétexte ! » Paru-Vendu

Théâtre


Vendredi 5 mai // 20h30


DURÉE 1H15
GRANDE SALLE

D’après le roman d’Henri-Frédéric Blanc paru aux éditions Actes sud. Mise en scène et adaptation : Ludovic Laroche. Avec : Stéphanie Bassibey, Pierre-Michel Dudan et Ludovic Laroche. Lumières : Christian Drillon. Costume (robe) : Claire Djema. Production : Le Renard Argenté. © L’instant d’un regard.  
  • Stacks Image 928

    Nuit gravement au salut

    Link