L’Île des esclaves


De Marivaux


Théâtre de la Vallée




Pour Gerold Schumann, mettre en scène Marivaux aujourd’hui est un défi, mais aussi une vraie chance. Cette comédie, véritable « petit bijou » selon Beaumarchais, permet en effet un jeu joyeux, subtil et drôle, sur fond de rapports de pouvoir et de rivalités sociales.
À la suite d’un naufrage, Iphicrate, noble Athénien, et son esclave Arlequin, Euphrosine et sa suivante Cléanthis, sont jetés sur une île. Sur cette île, se sont établis des esclaves révoltés contre leurs maîtres qui ont édicté une loi : tous les maîtres qui abordent l’île perdent leur liberté afin de leur faire comprendre les maux qu’ils ont fait subir à leurs esclaves. Les domestiques deviennent les maîtres. Un jeu de rôle s’instaure alors, sous l’égide de Trivelin, entre relations de séduction, de domination et de soumission. Mais l’égalité est difficile à établir. Chacun reprend donc sa place et sa condition sociale d’origine.
La question centrale de cette pièce est de savoir comment l’individu se comporte lorsqu’il est isolé et placé dans des conditions extrêmes de survie. Une sorte de « Koh-Lanta de la séduction » du xviiie siècle sur fond de conflit social, pourraiton dire... Un thème diablement intemporel !
Cette pièce, rondement menée par Marc-Henri Boisse, est l’occasion pour quatre jeunes comédiens de nous dévoiler tout leur talent !

Théâtre


Mardi 29 novembre // 20h30


DURÉE 1H15
GRANDE SALLE



Texte : Marivaux. Avec : Anne-Sophie Bailly (Euphrosine), Vincent Bernard (Iphicrate), Marc-Henri Boisse (Trivelin), Claire Cahen (Cléanthis), David Delaloy (Arlequin)

Mise en scène : Gerold Schumann, Scénographie et vidéo : Pascale Stih, Costumes : Chantal Joguet et Pascale Stih, Univers sonore : Bruno Bianchi, Lumières : Philippe Lacombe, Régie générale : Ydir Acef, Construction décor : Lycée polyvalent Jules Verne de Sartrouville – section construction

Coproduction : Théâtre de la vallée, Théâtre municipal d’Esch-sur-Alzette (Luxembourg) et Établissement public du château de La Roche-Guyon. Soutien à la création de la SPEDIDAM et de l’ADAMI.
L’Adami, société des artistes-interprètes, gère et développe leurs droits en France et dans le monde pour une plus juste rémunération de leur talent. Elle les accompagne également par ses aides financières aux projets artistiques. © Pascale Stih.
Stacks Image 5582

NOUS CONTACTER


ACHETEZ VOS PLACES



Tarif B de 8 à 27 €
  • Stacks Image 928

    L’Île des esclaves

    Link